Abonnez-vous à la newsletter !

lundi 16 octobre 2017

[Habitons nos territoires] Invitation pour le samedi 21 octobre à l'IPAG Paris



“Habitons nos territoires !”

Dans le cadre de la Chaire européenne d’Economie collaborative ETXECO / IPAG Business School et compte tenu de l’intérêt que vous portez aux modèles collaboratifs et à la Ville de demain, nous avons le plaisir de vous inviter à la conférence de rentrée, animée par Dominique Bonet, Hubert Tortes Saint-James, cofondateurs de la chaire ETXECO et Alexis Durand-Jeanson, PRIMA TERRA.

Le samedi 21 octobre 2017
de 10h30 à 12h30
Accueil et café à 10h

3, rue Dareau, 75014 Paris

En présence de plusieurs villes de France, lancées dans des projets collaboratifs

Habiter nos territoires revient à co-construire aujourd’hui notre cadre de vie de demain. 
C’est ce que nous vous proposons ce jour : réfléchir ensemble à ce qu’est, à nos yeux, l’économie collaborative appliquée à nos territoires, avec des présentations des acteurs et de leurs projets ainsi qu’un bilan et les perspectives 2018 de la chaire.



Accès : Métro /RER Denfert Rochereau
Métro St-Jacques ou Glacière
3, rue Dareau
Entrée sous le porche au n°30 Porte rouge code 0632
1er étage Code 2468


Dominique Bonet : 06 62 20 78 92                Hubert Tortes Saint-James : 06 01 99 81 96

vendredi 29 septembre 2017

[ La Longue-Vue n°1 ] Retour sur les actualités de l'été


LA LONGUE-VUE, c'est la lettre des actualités de l'écosystème Prima Terra (ses marques, ses projets, ses lieux, ses amis...) à destination de tous ceux qui s'intéressent à "la coopération comme outil stratégique pour le développement".

Elle reprendra, tous les mois, les actualités, les articles de fond, des événements passés qui ont marqué le mouvement des idées liées à la coopération.

UN MOT

Par coopération, nous entendons "un domaine de recherche, de conseil et une posture permettant la convergence, momentanée ou pérenne, d'intérêts de deux parties au service d'un projet commun". Ainsi, les responsabilités, les ressources et les décisions sont potentiellement partagés, mutualisés, convergentes.

En ce sens, nous faisons une distinction avec la "coopérative", qui fait référence à un modèle, un statut et une histoire sociale. En France, les coopératives s'inscrivent dans l'Economie Sociale et Solidaire, avec la loi Hamon du 31 juillet 2014 et représentent notamment les statuts juridiques des SCOP, SCIC, SCOP CAE (Coopérative d'Activités et d'Emplois) et d'autres.

> + d'informations ici


DES IDÉES

Espaces hybrides
Prima Terra travaille depuis plusieurs années sur la recherche, l'analyse stratégique et la diffusion des idées associées aux concepts "d'espace hybride", "d'espace public" et de "tiers-lieu". 


Par tiers-lieu, on entend "un lieu dans lequel on ressent un sentiment d'appartenance et d'être comme chez soi, la présence d'une communauté intentionnelle et des usages mixtes, ni propres à ceux de la maison et du travail".
> + d'informations ici


"Eco-poétisme" 
L'association nationale Via Paysage travaille depuis 2013 sur le principe "d'espace public par le management de la maîtrise d'usage", à travers son programme de recherche-action "COPA - Collectif du Patrimoine Spontané". Tous les membres de Prima Terra sont investis dans ses actions expérimentales.

Elle construit plus particulièrement sa réflexion autour des projets de "jardins éco-poétiques" et son manifeste, cherchant à augmenter la diversité floristique et faunistique des jardins par l'augmentation de la diversité de la création présente, notamment artistique.

> + d'informations ici


DES MOMENTS PARTAGES

Fin août, de nombreuses coopératives d'activités se sont retrouvées à l'occasion de la Bigre Rencontre, à Sète (34). L'occasion de partager des pratiques, des idées et des envies sur la coopération territoriale, le travail en réseau, l'assistance à maîtrise d'usage.

Ici, le principe de Bigre!, la mutuelle de coopération de plusieurs structures de l'ESS.

> + d'informations ici


Le jeudi 21 septembre, Alexis Durand Jeanson - associé cofondateur de Prima Terra,  aux côtés de Florence Bazzoli - directrice du Centre Michel Serres et Jacky Prieur - administrateur Croix Rouge Française, tous intervenants du CNAM, ont animé un atelier-amphi pour une centaine de personnes issues du Sanitaire et Social à but non lucratif (opca UNIFAF) sur le thème "Osez l'innovation".


 

> + d'informations ici 

Ce mois-ci, Alexis Durand Jeanson est intervenu pour des formations, pour le CNAM Nouvelle-Aquitaine sur le thème "Osez l'innovation" pour l'UNIFAF et le réseau CANOPE ainsi que pour l'IUT de Châtellerault - Université de Poitiers sur un projet de codesign sur commande réelle sur les "objets connectés".

> + d'informations ici

Mathilde Cota et Alexis Durand Jeanson ont participé à l'écriture d'un ouvrage collectif, "Les 101 mots du Paysage à l'usage de tous", qui sera lancé dans le cadre de l'Agora Bordeaux, biennale dédiée au design, à l'architecture et au paysage. Les mots "habiter" et "hybride" ont été proposés.

> + d'informations ici

Sonia Woelfflin est intervenue aux côtés d'Alexis Durand Jeanson à Lorrez le Bocage dans le cadre de la deuxième résidence d'accompagnement de la commune dans sa démarche participative de codesign d'une future "Coop", un tiers-lieu d'échanges multiculturels associant une médiathèque troisième lieu et une maison de services publics.

Ici, pendant un atelier de co-conception des espaces de La Coop'.

> + d'informations ici


Mathilde Elie a participé à plusieurs actions au service du mouvement pour l'Economie Circulaire Créative avec la Révolution Sensible en Pays-de-la-Loire : rédaction d'une convention pilote avec la Région, futur projet tuteuré sur les nouveaux modèles économiques de l'économie circulaire créative, partenariat avec des festivals ...
Ici, le paradigme de l'économie circulaire qui relie économie, créativités et vision territoriale.

> + d'informations ici


A plusieurs reprises, l'équipe a vécu des moments coopératifs avec le reste de l'équipe Vie to B, leader en France de l'assistance à maîtrise d'usage dans l'Habitat (AMU).

Ainsi, Prima Terra est actuellement particulièrement investie dans le domaine, l'équipe étant associée de la marque coopérative tout en ayant accompagné dernièrement encore un projet d'assistance à maîtrise d'ouvrage et de modélisation méthodologique pour le compte d'un projet de crèche à Lattes (34), près de Montpellier.




> + d'informations ici sur l'AMU


###


Au plaisir de partager des moments ensemble,
A très bientôt en octobre !


Alexis pour l'équipe

lundi 12 juin 2017

05.07.2017 : Vers un who's who de l'éducation à l'environnement et au développement durable !


Une équipe de recherche montpelliéraine constituée de Mathilde Cota, Alexis Durand Jeanson, Jean-Marc Lange, Christian Reynaud, Serge Franc et Agnieszka Jeziorski lance une initiative à l'occasion des Premières Assises Nationales Sciences Société qui auront lieu du 3 au 5 juillet 2017 à Montpellier.



En effet, un atelier de 3 heures est organisé le mercredi 5 juillet 2017 toute la matinée (de 9h30 à 12h30). Voici le programme !

"Vers un Who's who des acteurs de la participation au service de l'éducation à l'environnement et au développement durable"

Résumé : 

L'Éducation à l'Environnement et au Développement Durable ne peut se passer d'approches participatives qui doivent être mise en synergie pour passer d'expériences locales à une dynamique sociale commune.

Pour cela nous souhaitons poser des bases : 
partager ce qui nous ressemble et ce qui nous différencie au quotidien dans nos pratiques éducative
- identifier et constituer des ressources communes pour envisager l'avenir ensemble
faciliter le pilotage des projets dans le paysage français.

Les participants potentiels seront de préférence des acteurs de l'éducation à l'environnement et au développement durable qui développent des approches participatives. 

Ils sont invités à venir en ayant identifié 3 mots clés (ou expressions) illustrant les principes de leurs actions éducatives. 

Les objectifs opérationnels souhaités sont les suivants :

- réaliser une cartographie collective des principes essentiels de l'approche participative vis-à-vis de l'EEDD
- co-élaborer une cartographie du processus participatif pour l'EEDD
- produire des vidéo-interviews des participants

afin de constituer, à terme, un annuaire thématique du "qui fait quoi" de l'Education à l'Environnement et au Développement Durable !


Les contacts utiles :

Christian REYNAUD christian.reynaud@umontpellier.fr

Jean-Marc LANGE jean-marc.lange@umontpellier.fr

Alexis DURAND JEANSON alexis@prima-terra.fr

vendredi 9 juin 2017

Au service de vos projets et territoires par l'innovation habitante !


Voici une vidéo de qualité produite par Cap Rural, partenaire et centre de ressources pour le développement rural en Rhône-Alpes sur l'innovation, qui explicite ce à quoi peut servir Prima Terra dans vos projets.




En effet, l'innovation est pour nous "un regard différent, une posture méthodologique et un domaine de recherche, de créations et d'ingénierie propres à favoriser, constituer et animer de nouveaux rapports sur un sujet donné, en se basant sur les intérêts convergents entre parties prenantes, ayant pour finalité un développement responsable et harmonieux pour le collectif d'entités, le territoires et ses bénéficiaires (habitants, élus, professionnels ...)".

En cela, l'innovation est pour nous "habitante", permettant de mettre en oeuvre "des usages, pratiques et partages qui font territoire".


Ainsi, en initiant, concevant et co-animant un écosystème propre à de nouveaux espaces de coopérations sur la thématique qui vous intéresse, comme l'économie circulaire créative avec le dispositif Révolution Sensible, nous favorisons l'amorçage, le déploiement et la valorisation des initiatives porteuses de sens, de développement et de liens sur votre territoire et dans votre organisation.

L'avantage de l'innovation dans vos actions quotidiennes :

- optimiser vos ressources en amorçant un principe "d'économie frugale",
- favoriser une culture de "l'organisation apprenante", au bénéfice de l'apprentissage individuel, collectif et organisationnel de votre structure,
- forger un esprit de la coopération dans votre organisation et avec votre territoire,
- assurer un développement harmonieux et porteur de sens de votre entité,
- faire écho avec de nombreuses autres dynamiques locales, permettant de "faire plus et mieux à plusieurs" en "donnant de la voix" à votre vision de société !

Pourquoi pas vous ?


Contactez-nous, nous avons tant de choses à nous dire !

Alexis DURAND JEANSON, pour les projets nationaux, Nouvelle-Aquitaine et dans le monde francophone
Mathilde ELIE, pour les projets dans l'Ouest (Pays-de-la-Loire, Bretagne, Normandie, Poitou)
Sonia WOELFFLIN, pour les projets en Ile-de-France, Normandie et en Centre-Val de Loire
Mathilde COTA, pour les projets en Occitanie

contact-agence (at) prima-terra.fr


Pour aller plus loin sur le thème de l'innovation, lire ceci !

samedi 3 juin 2017

[fiche de lecture] Vers davantage d'innovations publiques par le design ?



Suite à la lecture d'une publication scientifique des chercheurs Jean-Marc Weller et Frédéric Pallez sur les "formes d'innovations publiques" et plus particulièrement celles portées par le design, je vous fais part de quelques éléments de synthèse intéressants pour ce qui nous intéresse, habiter le territoire, c'est-à-dire les usages, pratiques et partages qui participent de la constitution du sentiment d'habiter un territoire.

On peut y lire les éléments suivants :
- les formes d'innovations publiques ayant pour objet l'Espace (aménagement d'un espace public par exemple) ou la participation (mobilisation des habitants, usagers... dans le cadre d'un projet public) sont actuellement en fort déclin en terme de représentativité de l'innovation publique en France ; 

- au contraire, les formes d'innovations publiques ayant un rapport avec une refonte organisationnelle ou une transformation managériale au sein de l'administration sont en constante croissance, 

ce qui nous laisse à penser que ce qui touche le quotidien des professionnels de la Fonction publique est sans doute plus parlant et révélateur d'une tendance de fond, le besoin de concilier optimisation/réduction budgétaire avec efficience face aux objectifs demandés par l'Élu (et indirectement par l'habitant) et quête d'un renouveau de sens de ce qu'être "agent public". 

Une hypothèse pourrait être soulevée : la nouveauté produite par la posture méthodologique du design et la volonté de la "mettre à toutes les sauces" et dans tous les contextes, a pu faire oublier la réelle complexité de l'objet lui-même, renvoyant, au-delà de la technique, à des notions plus politiques et philosophiques que peut-être la participation face aux différentes formes de la démocratie ou à celle de "l'espace public" souvent envisagé à la fois comme un espace urbain, la Rue, ainsi que comme espace d'expression, de mise en capacités... 

Ainsi, il nous semble important de soulever le besoin de questionner la raison la raison de l'emploi souhaité du design, sur le fond comme la forme, dans la recherche d'innovations publiques, afin que celui-ci soit au service d'une raison d'être, d'une mission et de fondamentaux partagés, et non comme simple "nouveauté technicienne". A Prima Terra, nous cherchons à questionner le sens lors de chaque projet, en organisant notamment des temps préparatoires avec les élu.e.s et décideurs sur la dimension profonde de l'innovation souhaitée.

- On observe également la diminution sensible depuis 2013 du nombre d'innovations publiques par le design, comme illustré sur ce visuel.


En effet, nous observons ici un possible "essoufflement" de l'emploi du design pour l'innovation publique. Il semblerait, d'après les auteurs, que "l'effet nouveauté" ayant pris son envol surtout à partir de 2009 soit issu du travail conséquent de défrichage et d'acculturation par ses réseaux et promoteurs phares que sont la 27ème Régionla FING ou la Cité du Design de St Etienne.

Il nous semble intéressant de questionner, comme Prima Terra l'a réalisé il y a plusieurs années le rôle potentiellement jouable par le design et ses acteurs mais aussi la limite de cette posture méthodologique qu'est le design, pouvant permettre d'initier une dynamique nouvelle dans la Fonction publique, insuffler un regard "orienté utilisateur" mais aussi faciliter la mise en place de nouvelles pratiques mais ne pouvant en aucun cas remplacer les profils, pratiques et approches des opérateurs en place par de seuls designers. 

En effet, les équipes en place ont certes besoin d'agents facilitateurs que peuvent représenter les designers seuls, mais ont aussi besoin de développer une autonomie suivant le départ de ces derniers, en ayant à disposition des formations, des méthodes et des outils de déclinaison opérationnelle de l'innovation produite.

A Prima Terra, nous partons du principe que chaque projet doit être abordé par au moins trois composantes, présentes au sein de notre équipe : le design, pour initier, faciliter et traduire les représentations partagées, l'Espace, pour incarner physiquement, virtuellement, socialement, culturellement ... le changement en cours et le management dans la complexité, qu'il soit d'ordre de l'analyse sociologique, du développement local ou de la déclinaison des politiques territoriales.

- Ainsi, la publication révèle, face à ce constat, l'intégration de plus en plus prégnante d'autres disciplines aux équipes de designers, en sciences sociales, en gestion, en techniques spatiales ... comme l'indique le visuel ci-dessous.


Il nous semble intéressant de questionner ainsi comment, face au cloisonnement actuel des compétences, notamment des collectivités (gestion propre au service, logiques servicielles par service, comme la culture, la voirie...), mais aussi face aux silos organisationnels que l'on retrouve aujourd'hui de façon courante dans ces dernières (culture pour la commune, économie pour la communauté de communes par exemple) mais aussi à l'échelle de l'Etat (ministère de l'éducation nationale et ministère de l'enseignement supérieure, de la recherche ou encore Culture et Communication et Economie de l'autre ... alors que les deux sont intimement liés), les possibilités offertes pour mettre en place, de l'intérieur des équipes transversales, permettant l'innovation publique !

Pour nous, à Prima Terra, l'innovation peut et doit venir de l'intérieur comme de l'extérieur, à travers la mise en place de projets, formant ensemble processus, en s'appuyant non pas sur les consignes internes mais sur les ressources et les dynamiques externes, passant d'une collectivité (administrative) imposée à une collectivité instituée par l'action, le projet.

Il nous semble également important que l'ensemble de ces projets puissent se nourrir les uns des autres, dans une approche propre à l'école de pensée des "Créativités et Territoires", où le regard créatif, la spontanéité, la rencontre impromptue auraient autant de place au quotidien que le Projet, débattue, questionnée sans cesse par l'action audacieuse et convergente d'acteurs variés, issus du territoire mais aussi d'ailleurs.

Ainsi, nous pensons que la Territoire ne peut se construire que par la Pensée et l'Action simultanée, formalisées par des relations organiques (cultivant les opportunités, les métissages d'idées, de projets et de disciplines) et non plus mécaniques, où la logique de gestion ne serait plus la finalité.


- Nous pouvons lire que ce qui ressort est bien une grande majorité des projets accordées et incarnés par un lieu, un territoire et non pas un sujet général, permettant d'envisager le travail en commun de façon habitante, que l'on soit ou non du territoire ...
Cela participe ainsi d'une réflexion sur les raisons et les possibilités qu'offrent néanmoins l'innovation publique par le design, au nombre de quatre tendances, qui doivent être systématiquement questionnées lors du montage d'un nouveau projet à caractère potentiellement innovant.

La première est celle de l'entrée par le quartier, un village ... renvoyant à l'image de l'immédiateté habitante, à l'espace vécu, du quotidien.
La seconde est celle de l'équipement, posant question des fonctions (et des usages !) que peuvent porter des biens matériels publics. Le territoire est alors appréhendé par l'entrée "des lieux et services d'accueil", renvoyant notamment à la question de l'accessibilité des services publics. 
La troisième est de celle de la transformation organisationnelle de l'administration publique, allant des lieux de travail au processus de décision, questionnant ainsi les postes, rôles et responsabilités que doivent demain porter les opérateurs publics. Ici, c'est l'enjeu de la coordination entre les acteurs publics et privés du territoire qui est soulevé, renvoyant à la notion "d'écosystème relationnel et partenarial" développée par Prima Terra.
La quatrième, enfin, est celle de la relation du Public avec le public, sans relation immédiate avec le territoire. Il s'agit ici de questionner les interfaces, les possibles, les données... en mobilisant la société civile, organisée ou non, autour de problématiques davantage de l'ordre de l'Etat et de ses missions instituées.
Enfin, l'auteur conclut sur deux points : "l'ampleur du phénomène et sa pérennité", notant notamment la fourche du mouvement de fond en deux tendances, l'une portée par l'approche managériale de l'optimisation des ressources et des impacts (ayant le risque de n'être que la suite de modes comme la Qualité Totale, le Six Sigma...), l'autre orientée vers une profonde vision méthodologique ET politique de la transformation publique.

Le second constat est celui de la qualité du phénomène, révélant une évolution actuelle des objects de travail du design public et une transformation possible de la méthodologie du "design de services publics" à celle "d'un design de processus", beaucoup plus englobant et complexe mais bien plus efficient sur le long terme pour les territoires !

Prima Terra souhaite, face à ces constats, poursuivre la mise en place et l'animation d'un écosystème coopératif de solutions, initiatives et dispositifs dédié à l'exploration de nouveaux espaces de coopération, par la Recherche, l'Accompagnement et la Formation, en France et dans le monde francophone.

Si vous souhaitez poursuivre la discussion et engager une réflexion-action à l'échelle de votre territoire, de votre organisation ou des liens possibles avec les autres acteurs, publics et privés, contactez-nous !


Pour aller plus loin et lire l'article : https://www.cairn.info/revue-sciences-du-design-2017-1-page-32.htm


par Alexis Durand Jeanson

jeudi 4 mai 2017

Conjuguer économie circulaire et créativités de votre territoire ...


"L'économie circulaire créative repose sur : 
- les USAGES que l'on retrouve dans les "espaces hybrides" et autres "tiers-lieux" 
-  les PRATIQUES des secteurs des "industries créatives et culturelles" (cf. étude macro-économique de EY sur le sujet)
- les PRINCIPES de créativités, individuelle, sociale et territoriale, étudiés par la plateforme Créativité et Territoires dont nous sommes membres,

- sur la POSTURE méthodologique de "management de la créativité et de l'innovation collaborative ...
 
et une envie de faire autrement pour votre territoire et vous-même !" 

Alexis Durand Jeanson

Si vous aussi, vous souhaitez conjuguer économie circulaire avec la créativité de votre territoire, soit l'ECONOMIE CIRCULAIRE CRÉATIVE, c'est par ici : 
http://www.revolution-sensible.com/univete2017 

mercredi 3 mai 2017

[se détendre] L'innovation territoriale en dessins


Voici un projet intéressant, associant des étudiants de sciences politiques et d'arts appliqués, collaborant au service de la compréhension de "l'innovation territoriale", sujet qui nous est cher comme vous le savez.

Pas plus de commentaires, c'est ICI.

Belle pause picturale à vous !

vendredi 28 avril 2017

Le Manifeste de l'#Obsidienne : des lieux partagés à la Société de la Connaissance !


Nous vivons une période particulière, où la règle de la concurrence n’est plus de mise mais semble encore le mot de rigueur, quand ce n'est pas celui de la méfiance ou de la défiance. Nous pensons, collectif réunit initialement autour de l’Institut du Design Territorial et aujourd’hui autour de Prima Terra, qu’il est temps de passer à un autre temps, un autre regard, une autre attitude vis-à-vis de l’autre, celui qui agit sur le même marché.
C’est ainsi le cas dans le domaine des tiers-lieux, des espaces partagés, des espaces communs de l’habitat, etc. où des structures variées, des chercheurs indépendants, des consultants... accompagnent la mise en place de ces lieux collectifs qui permettent la mutualisation de ressources, la rencontre, l’échange et l’ancrage.
Nous pensons qu’il est grand temps que ces acteurs se réunissent pour inventer ensemble des pratiques permettant de partager des expériences, des outils, inventer des initiatives communes où le bénéficiaire serait le multiple. 
Faire réseau ou inventer ensemble plutôt que contre
C’est ce que nous appelons l’#Obsidienne, à la fois réseau d’acteurs et d’initiatives qui veulent faire oeuvre commune, observatoire partagé de ce que l’on retrouve dans ces “espaces hybrides”, telles que des pratiques sociales, spatiales, culturelles... qui font territoire. 
Car le territoire est la finalité.
L'Obsidienne ou une pierre volcanique comme symbole
L’Obsidienne doit (se) nourrir (de) cette envie que nous avons de participer d’un dessein commun, ce que le mot habiter peut exprimer.
Le nom n’est pas anodin et vient d’une idée fertile d’André Brouchet comme il en a tant.
A la fois dure, coupante et puissante comme peut l’être la force du collectif dans un tiers-lieu, un espace partagé, qu’il soit urbain et public dans la Rue, collectif et commun dans un logement ou encore un espace hybride, où dimensions numérique, physique, sociale, culturelle, mentale ne font qu’une. 
Elle est née d'une lave acide, comme l'est souvent l'accouchement d'un projet collectif, dans la création d'un Nous, ou le Moi n'est cependant pas balayé, mis de côté mais bien élevé par la rencontre, la confrontation, l'acceptation de l'Autre.
Mais elle est aussi fragile, comme peut l’être une dynamique sociale portée par quelques-uns lorsqu'elle n'est pas soutenue, nourrie, stimulée de nouveaux regards créatifs ...
L’Obsidienne comme flèche défricheuse d’une autre Société
Ainsi, cette pierre sera notre symbole, notre bannière et notre volonté, pour construire des liens et des liants pour faire territoire, entre Science et Société, entre lieux collectifs et espace public, entre habiter et travailler ...
Pour cela, nous imaginons quelques possibles de ce que l'Obsidienne pourrait apporter : 
La recherche, car la science pourrait bénéficier des dynamiques et des matériaux récoltés, au profit de tous, sans exception, dans la continuité des travaux du Movilab, du collectif Ville-Campagne ou du réseau de l’AMU ; le chercheur, vous, moi, ou l’universitaire, n’étant plus mis de côté dans le projet mais bien au “coeur” de la pratique ;
Le lieu, car il pourrait acquérir une visibilité particulière à l’échelle du réseau Obsidienne, comme espace de partages, d’expérimentations et de modélisation, participant d’un réseau des utopies réalisables ;
Le collectif, car les pratiques sociales pourraient être partagées, analysées, légitimées par les travaux de recherche-action produits ;
Le consultant, car il pourrait ainsi gagner en visibilité en s’associant à d’autres, en contribuant à écrire une histoire commune, au-delà des concurrences de surface, se constituant d'un réseau des réseaux des “lieux qui font territoire” ;
Le territoire, car il pourrait ainsi bénéficier d’une mise en réseau avec d’autres territoires pilotes, renforçant ses liens avec ses habitants et autres hommes et lieux-réseaux, participant ainsi de la création d'un nouveau territoire où le mot territoire ferait sens, au-delà d'une marque, d'une compétition de "zones" et de l'arrogance "d'un mieux chez moi que chez l'autre".
L'Obsidienne peut-être cela, en moins, en mieux, en différent mais peut-être si vous le voulez.
La volonté est de votre côté, la proposition est la nôtre.
Pour tout cela, et bien plus encore qu’il reste à écrire et partager, nous vous donnons rendez-vous les 3, 4 et 5 juillet 2017 aux 1ères Assises Nationales Sciences Société à Montpellier pour écrire ce que sera l’#Obsidienne.

> Vous pouvez également, à tout moment, contribuer aux réflexions, analyses, mises en réseau et initiatives sur le dossier partagé de l'Obsidienne [lien]!

Au plaisir d’échanger, d’organiser et vous retrouver à des temps communs,
A très bientôt,

Alexis, pour le collectif #Obsidienne

lundi 24 avril 2017

L'Innovation sociale et territoriale comme posture méthodo pour vos projets


Bonjour à toutes et tous,

Nous souhaitions vous partager cette publication de l'AVISE, qui permet de mieux discerner le type de projets multipartenariaux, publics-privés voire publics-privés-populations, et les dispositifs de politiques publiques que nous accompagnons toujours plus chaque jour.

Ce document doit vous permettre de comprendre ce qu'est une innovation sociale (et par extension territoriale), l'analyser et se positionner au mieux pour faciliter son déploiement.

Belle lecture et à très bientôt pour parler innovation et coopération !





















A titre d'information, PRIMA TERRA dispose des agréments Crédit Impôt Recherche et Organisme de Formation, ce qui peut vous permettre de financer et valoriser avec facilités votre projet d'innovation sociale et territoriale.


Echangeons ensemble afin de définir votre intention politique, définir votre stratégie et déployer votre dispositif de façon responsable, ancré sur votre territoire et hautement diffusable (par une modélisation, un essaimage et/ou une valorisation de l'innovation) !